Joomla project supported by everest poker review.
Print

Guy Robert du Costal

 

Louange à Isadora Duncan

 

L'Hellade détenait au dédain de ses marbres

La beauté de la ligne et le contour des corps...

A l'heure où le bosquet de Minerve s'endort

Tu surpris Aglaë qui fuyait sous les arbres.

 

La foule regardait Sémélé sans la voir

Où se lassait de plaindre un Hyménée en larmes...

Il t'échut de venir pour dérober le charme

Avec lequel Vénus sollicite un miroir.

 

Les roseaux d'autrefois sur les bords du Céphise

Vainement rappelaient le mystère confié

Par les dieux de l'Olympe au peuple préféré...

O Forme que vénère un souvenir de Brise!

 

L'attitude était morte et la grâce dormait

Figée aux plis soyeux des fragiles argiles...

O Flore infortunée, et Vous jambes agiles

De Diane ou d'Iris, nul ne vous contemplait!

 

Tu connus le secret que savait Terpsychore;

Dévoilant du Passé les courbes et les jeux

Tu ravis un matin vers les ombrages bleus

La façon de côté dont rit la canéphore.

 

Et maintenant déchue Athène admirera

Le très pur Mouvement que la sage Déesse

A jamais étendit aux mythes d'une Grèce,

           Dans le Geste infini qu'anime Isadora.

 

 

 

 

Search

Monday the 25th. . Isadora Duncan Pundect
Copyright 2014

©