Joomla project supported by everest poker review.
Print

Textes / Isadora Duncan

 

 

  Isadora Duncan

Le danseur et la nature

 

 

Nulle part autant qu’en Grèce, l’âme n’est sensible à la Beauté et à la Sagesse.

    Pour peu que l’on regarde le ciel d’Athènes, on comprend pourquoi la déesse Athéna, personnification de la Sagesse, était appelée « la déesse aux yeux pers » et pourquoi l’apprentissage et la beauté se sont toujours unis à son service. On comprend également pourquoi la Grèce a été le pays des grands philosophes, amants de la sagesse, et pourquoi les plus grands d’entre eux ont identifié la plus grande beauté à la plus haute sagesse.

    La reconnaissance de la beauté comme l’idée la plus élevée appartient-elle exclusivement à l’intellect masculin ? Ou bien pensez-vous qu’une femme peut également l’atteindre ? Considérant les femmes de notre pays telles qu’elles sont aujourd’hui, ne semble-t-il pas que très peu d’entre elles possèdent une réelle appréhension et un amour de la beauté en tant qu’idée ? Ne donnent-elles pas l’impression de ne reconnaître que ce qui est insignifiant et joli et de rester aveugles à la vraie beauté ?

    Les mots « vraie beauté » font défiler devant mes yeux une procession de figures féminines, légèrement vêtues d’élégantes draperies. Elles vont deux par deux, et leurs corps qui se balancent évoquent une musique harmonieuse.

    Certains seraient enclins à croire que les femmes sont incapables de concevoir la beauté comme idée, mais je pense qu’il s’agit là d’une impression. Ce n’est pas qu’elles soient incapables de percevoir ce qui est beau, mais elles ne comprennent toujours pas aujourd’hui l’essence de la vraie beauté. À travers les yeux, la beauté trouve volontiers un chemin vers l’âme, mais il existe une autre voie pour les femmes - peut-être une voie plus facile - et c’est celle qui passe par la connaissance de leur propre corps.

    A travers les âges, le corps humain a été le symbole de la beauté suprême. Imaginez un jeune chevrier assis, entouré de son troupeau. Devant lui, rosie par le soleil, se tient la déesse de Chypre. Elle sourit en tendant la main vers l’offrande qu’elle sait lui être destinée. Ce port de tête exquis, ces épaules doucement inclinées, cette poitrine ferme et ronde, l’ample taille dont les lignes libres s’arrondissent vers les hanches, descendent vers les genoux et les pieds - tout cela rejoint la perfection.

    Sans cette connaissance première des proportions et des lignes humaines, l’artiste n’aurait pu appréhender la beauté qui l’entoure. Si son idéal des formes humaines est noble, alors sa conception des lignes et des formes de la nature sera elle aussi idéale et l’on retrouvera cette conception, née de la connaissance des formes du ciel et de la terre, dans l’architecture, la peinture et la sculpture. Tout art ne vient-il pas originellement de la connaissance première de la noblesse des lignes du corps humain ?

    Comment la femme va-t-elle apprendre à connaître cette beauté ? Va-t-elle accéder à cette connaissance en examinant ses muscles dans un gymnase, en regardant les formes des sculptures dans un musée ou par la contemplation continuelle de beaux objets et leur reflet dans l’esprit ? Tout cela est possible, mais la chose la plus importante, c’est qu’elle doit vivre cette beauté et que son corps doit en être le vivant interprète.

    La femme apprendra non seulement en pensant ou en contemplant la beauté mais en la vivant. Comme la forme et le mouvement sont inséparables, je peux affirmer que c’est par le mouvement qu’elle apprendra la beauté des formes.

    Comment nommera-t-on ce mouvement en accord avec les plus belles formes humaines ? Ce nom existe, c’est celui d’un des arts les plus anciens, autrefois honoré comme une des neuf muses ; mais de nos jours, celui-ci est tombé dans une telle déconsidération qu’il finit par devenir l’antithèse exacte de sa définition initiale. Il s’agit de la danse. Oui, la femme peut apprendre la beauté des formes et des mouvements à travers la danse.

    Nous tenons ici un héritage merveilleux, encore inexploré, pour la féminité qui s’annonce : la danse antique nourrissant la nouvelle danse. La femme sera une sculpture, non d’argile ou de marbre, mais faite avec la matière de son propre corps qu’elle pourra porter au plus haut niveau de beauté plastique. Elle sera à la fois peintre et élément d’un grand tableau et inventera de nouveaux assemblages de lumière et de couleur. Avec le mouvement de son corps, elle va trouver le secret et la parfaite proportion des lignes et des courbes. L’art de la danse dont elle va se saisir sera comme la grande source d’une nouvelle vie pour la sculpture, la peinture et l’architecture.

    Avant que la femme puisse réaliser de grandes choses dans l’art de la danse, celui-ci doit pouvoir être pratiqué, ce qui n’est certainement pas le cas aujourd’hui dans notre pays.
    
    Comment trouver la source du mouvement ? La femme n’est pas séparée des autres vies organique ou inorganique. Elle est un maillon de la chaîne, unie au grand mouvement qui parcourt l’univers ; c’est pourquoi la source de l'art de la danse sera l’étude des mouvements de la Nature.

    De tous les mouvements qui nous donnent plaisir et satisfaction, celui des vagues sur la mer - ses eaux formant, grâce à la force vivifiante de la brise, de longues ondulations - me semble le plus subtil. Ce grand mouvement des vagues court à travers toute la Nature, car lorsqu’on regarde, par-delà les eaux, la longue ligne de montagnes à l’horizon, celles-ci nous paraissent suivre un grand ondoiement identique. Pour moi, tous les mouvements de la Nature semblent obéir à la loi du mouvement des vagues.

    Cette idée du mouvement de la vague comme grand principe primordial s’impose continuellement à moi, et je vois des vagues recouvrir toutes choses. Si l’on regarde des arbres soumis aux caprices du vent, ne semblent-ils pas eux aussi se conformer aux lignes des vagues. Nous pouvons alors affirmer que toute énergie s’exprime à travers cet ondoiement. D’ailleurs, les sons, tout comme la lumière, ne se propagent-ils pas, eux aussi, comme des ondes ? Et lorsque nous envisageons la nature organique, là aussi, tous les mouvements naturels libres paraissent se conformer à cette même loi : le vol des oiseaux, par exemple, ou le saut des animaux. C’est l’attraction et la résistance alternées de la loi de la gravité qui provoquent les vagues.

    Dans toutes les choses qui me concernent, je vois des motifs de danse. Tous les mouvements d’une vraie danse à la portée du corps humain existent originellement dans la nature. Qu’est-ce que la « vraie danse » en opposition à ce qu’on peut appeler la « fausse danse » ? La vraie danse s’approprie les plus belles formes humaines ; la fausse danse se situe à l’opposé de cette définition et son mouvement engendre un corps humain déformé. Dessinons d’abord la forme d’une femme telle qu’elle se présente dans la Nature. Et maintenant, dessinons la forme d’une femme en tutu et chaussons de satin tels que les portent nos danseurs modernes. Ne voyez-vous pas que le mouvement conforme à l’une de ces figures serait parfaitement impossible pour l’autre ? La première peut reproduire tous les mouvements rythmiques qui courent à travers la nature : elle peut se laisser traverser naturellement par le mouvement. En revanche, ces mouvements restent, pour la seconde figure, impossibles à réaliser car le rythme y est cassé et arrêté aux extrémités. Nous ne pouvons prêter à cette dernière des mouvements empruntés à la nature. Nous devons au contraire lui faire correspondre des figures géométriques basées sur des lignes droites. C’est exactement ce que fait l’école de danse actuelle. Elle a inventé un mouvement qui, impossible pour la figure du premier croquis, se conforme parfaitement à la figure humaine du second dessin. Ce sont donc uniquement ces mouvements naturels de la première figure que je qualifierai de « vraie danse ».

    Je considère comme une « déformation » ce que beaucoup de gens regardent comme une évolution vers quelque chose de plus élevé. Pour eux, la danse en accord avec les formes naturelles de la femme serait primitive et sauvage alors que la danse qui correspond aux formes les plus tordues, la danse d’un corps comprimé dans des corsets et des chaussures, serait conforme à la culture d’aujourd’hui. Que peut-on répondre à ces gens ? Que la culture de l’homme réside dans sa capacité à canaliser harmonieusement les forces de la Nature sans jamais se heurter directement à elle ni à aucun art qui lui soit intimement lié ; que c’est là ce que le peintre, le poète, le sculpteur et le dramaturge, selon leur habileté à observer la Nature, saisissent et nous rendent à travers leur œuvre ; que la Nature a toujours été et doit rester la grande source de l’art ; qu’il doit exister cependant une complète séparation entre le mouvement du danseur et le mouvement de la Nature.


                                                                                          Isadora Duncan


(Probablement 1905)

 

 

 

 

 

Search

Sunday the 19th. . Isadora Duncan Pundect
Copyright 2014

©